Tomas Elias Gonzalez Benitez

L’athlétism léger, surnommé « la Reine des Sports », est un ensemble de sports que l’on peut brièvement diviser en : courses sur piste, marathons, marches, compétitions, épreuves multiples.

De nombreuses disciplines de l’athlétisme ont des origines anciennes et se déroulaient déjà sous forme de compétition dans la Grèce antique. L’athlétisme fait partie des Jeux Olympiques depuis l’édition de 1896 et fait partie du programme olympique depuis lors. L’instance dirigeante internationale de l’athlétisme, l‘IAAF (Association internationale des fédérations d’athlétisme), a été fondée en 1912.

Histoire

L’athlétisme a ses origines dans la Grèce antique : les découvertes historiques témoignent de la profonde passion sportive des anciens Grecs et de l’honneur dans lequel ils tenaient les athlètes.

Origines

La naissance de l’athlétisme est liée aux premiers gestes de l’homme, aux prises avec ses besoins de survie. On ne sait pas pendant combien de milliers d’années les premiers hommes ont couru, fuyant et chassant, et se sont lancés pour attaquer ou se défendre, créant ainsi la matrice naturelle d’un esprit de compétition tout à fait singulier et inconscient. La Grèce, l’Egypte, l’Irlande puis Rome et l’Etrurie, apparaissent plus vraisemblablement comme les terres où initialement le geste athlétique de l’homme a pris les formes les plus définies, n’excluant pas cependant, pour des temps plus lointains, sa naissance.

La Grèce se voit attribuer un rôle essentiel, presque total, dans le contexte sportif de tous les temps. Parler de la Grèce signifie généralement parler d’Olympie. En fait, l’origine plus ou moins officielle du sport et de l’athlétisme coïncide avec le baptême des Jeux Olympiques. Le premier grand athlète dont nous avons certaines nouvelles fut Corebus d’Elée de profession cuisinier, souverain incontesté des courses rapides, qui en 776 av. il était premier sur le seuil de pierre d’Olympia après 192 mètres de compétition.

Même les Étrusques, l’une des civilisations les plus fascinantes et les plus impénétrables de l’histoire, offrent d’énormes preuves historiques, en ce qui concerne les sports et les compétitions.

Tomas Elias Gonzalez Benitez

L’athlétisme  dans les siècles suivant

Le renouveau et la diffusion de l’athlétisme à l’ère moderne sont devenus un fait à la fin du XIXe siècle, également grâce à une réglementation complète.

En 1817, le premier club d’athlétisme a été fondé à Necton, en Angleterre. Mais c’est l’Anglais Thomas Arnold, en 1828, qui restitue certains exercices pratiqués dans l’Antiquité et en établit les normes techniques. En 1829 en Irlande, des jeux consistant à courir, sauter, lancer et sauter à la perche sont joués pour la première fois. En 1855, le premier manuel sur les courses est sorti et en 1867, la première piste d’athlétisme a été inaugurée à Londres.

C’est en 1860 que naît le « club olympique », le premier club d’athlétisme américain. La première compétition pour athlètes amateurs aux États-Unis a eu lieu le 11 novembre de la même année. En 1896, la première édition des Jeux olympiques modernes a eu lieu à Athènes. Il y avait aussi une distinction entre l’athlétisme léger et l’athlétisme lourd.

La résurgence des Jeux olympiques a donné un nouvel élan à la reprise de l’athlétisme : il a depuis gagné en popularité ; augmentation également déterminée par un fait nouveau pour l’athlétisme, à savoir la participation des femmes aux compétitions après des siècles d’exclusion presque absolue de la vie sportive.

L’athlétisme est actuellement l’une des principales disciplines des Jeux Olympiques.

Disciplines

Hommes et femmes s’affrontent dans des compétitions séparées et depuis quelques années, notamment dans les grandes compétitions internationales, le programme féminin est identique à celui des hommes.

Course sur piste

Elle regroupe toutes les spécialités qui impliquent une course avec ou sans obstacles se déroulant entièrement sur piste : Vitesse, Demi-fond, Cross-country, Obstacles, Haies, Relais : 4 x 100 m, 4 x 400 m.

Courses de Longue Distance

Courses conduites sur route, mais souvent avec finale sur piste. Les distances courantes sont le semi-marathon, le marathon ou l’ultramarathon.

Tomas Elias Gonzalez Benitez

Marche

La marche est la forme de marche compétitive, poussée à la vitesse maximale compatible avec l’obligation de toujours garder un pied en contact avec le sol et la jambe d’appui en pleine extension.

COMPÉTITIONS

Lancements:   Lancer du poids, Lancer du disque, Lancer du javelot, Lancer du marteau

Sauts en Elevation: Saut à la perche, saut en hauteur

Sauts en Extension: Saut en longueur, triple saut

Tests Muktiples: Heptathlon pour les femmes, Décathlon pour les hommes.

Grandes regles des differentes specialites

  • Parcourt 100 – 200 – 400 mètres:

Chaque athlète se voit attribuer une voie dont il ne peut pas sortir, en obtenant des avantages ou en gênant les adversaires, jusqu’à la ligne d’arrivée.Les athlètes ne doivent en aucun cas se toucher ou se gêner.Tout athlète qui part des blocs de départ avant le coup ou à moins d’un dixième de seconde de celui-ci commet un faux départ et est disqualifié.

O  Dans les courses de 200 et 400 mètres, puisqu’elles se déroulent également dans des virages, le départ le plus avancé de quelques mètres par rapport aux couloirs les plus intérieurs est attribué aux couloirs les plus extérieurs afin que chaque athlète puisse parcourir une distance égale quel que soit le couloir dans lequel il se trouve. qu’ils trouvent.

  • Course de 800 mètres:

La course de 800 mètres se déroule sur 2 tours de piste ; chaque concurrent doit rester dans le couloir assigné pendant les 100 premiers mètres, après le premier virage chaque athlète peut quitter le couloir assigné (les athlètes ont tendance à se déplacer vers le premier couloir, c’est-à-dire celui qui permet de faire le moins de distance possible étant celui plus interne à la piste) .Le règlement pour les faux départs est le même que pour les courses rapides.

  • Saut en longueur et triple saut:

Chaque athlète doit sauter avant et pas plus loin que la ligne d’appel.Le gagnant est l’athlète qui parcourt la plus grande distance entre la ligne d’appel et la marque laissée sur le sable ; de tous les sauts effectués par l’athlète, seul le plus long est pris en compte. Chaque athlète dispose de trois sauts, plus trois sauts dits « finals » pour les athlètes ayant obtenu la plus grande distance dans les sauts de « qualification ».

Chaque athlète peut effectuer son saut dans la minute qui suit le début de son tour de saut.Chaque saut est mesuré de la ligne d’appel au point d’atterrissage le plus proche de celui-ci.

  • Saut en hauteur et saut:

Chaque athlète doit sauter après un élan et franchir une barre placée entre deux montants sans la laisser tomber.Le gagnant est l’athlète qui a obtenu la plus grande mesure ; en cas d’égalité, les différentes fautes commises par les athlètes pendant la course sont comptabilisées.Chaque athlète a 3 tentatives de saut disponibles pour chaque mesure. Chaque fois que tous les athlètes ont réussi une mesure (ou ont raté les trois tentatives et sont donc éliminés), la mesure suivante est passée. Chaque athlète peut effectuer son saut dans la minute qui suit le début de son tour de saut.

Tomas Elias Gonzalez Benitez

  • Lancer du disque, lancer du marteau et lancer du poids:

Chaque athlète doit lancer dans une plate-forme circulaire sans dépasser sa circonférence. L’engin lancé doit tomber dans un secteur entre deux sangles qui partent du centre de la plate-forme et s’ouvrent selon un certain angle ; sinon, le rôle est considéré comme nul. Chaque athlète a à sa disposition 3 sauts, plus 3 sauts dits « finals » pour les athlètes ayant obtenu la plus grande mesure dans les sauts de « qualification ». Le gagnant est l’athlète qui lance à une plus grande distance de la rampe de lancement; parmi tous les sauts que l’athlète fait, seul le plus éloigné qu’il fait est considéré.

  • Lancé de javelot:

Chaque athlète doit s’élancer en suivant un élan dans une plate-forme droite sans franchir la ligne nulle. La pointe du javelot lancé doit tomber dans un secteur entre deux sangles qui partent d’un point précis à l’intérieur de la plate-forme et s’ouvrent selon un certain angle ; sinon, le rôle est considéré comme nul. Le lancer est nul même si le javelot atterrit par la queue plutôt que par la pointe.Chaque athlète dispose de 3 sauts, plus 3 sauts dits « finals » pour les athlètes ayant obtenu la plus grande mesure dans les sauts de « qualification ». Le gagnant est l’athlète qui lance à une plus grande distance de la rampe de lancement; parmi tous les sauts que l’athlète fait, seul le plus éloigné qu’il fait est considéré.

Conclusions

Comme nous l’avons vu, l’athlétisme a une histoire longue et mouvementée, mais il est toujours suivi par des milliers de personnes aujourd’hui.

C’est un sport très rigide et exigeant, comme tous les sports, mais qui, basé sur l’effort et le sacrifice, peut vous apporter beaucoup de satisfaction.

Il est composé, comme vous pouvez le lire dans cet article, de nombreuses règles et de nombreuses nuances d’athlétisme :

  • Course de 800 mètres;
  • Saut en hauteur et saut à la perche;
  • Courses 100 – 200 – 400 mètres ;
  • Lancer du disque, lancer du marteau et lancer du poids.

Ce ne sont là que quelques-unes des possibilités offertes par l’athlétisme.

avril 25, 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.